| Accueil | Nouveautés | Agenda | Contact |

< Mémoire du village

L'école


Histoire
> Grandes dates

Témoignage
> Denise RIGOLE

 

 

 

 

Vue de l'école
au début du XXème siècle

Grandes dates


E
n 1858, la commune de Gauriac décide d'acheter à Maître GRILLET, notaire à Marcillac, un terrain situé à Francicot. Jusque là, les garçons allaient à l'école dans une "maison d'école" particulière au lieu-dit Talbot, près du Bourg (était-ce, comme on m'a dit la maison "Duong" ?). Il y avait d'ailleurs plusieurs écoles pour les filles et les garçons. Le propriétaire de la "maison d'école ", particulière, voulait aussi vendre sa maison à la commune, arguant qu'elle avait servie d'école pendant 30 ans. Mais le Conseil Municipal préféra faire construire un bâtiment neuf pour servir d'école et de mairie. Il fut ouvert en 1860. Malheureusement, je n'ai pas retrouvé les plans de cette première école dans les archives municipales.

En 1890, le Conseil Municipal décide de "déplacer" la mairie et de construire une classe pour les filles, une classe enfantine et un logement pour la "demoiselle" (la maîtresse). A cette époque il y avait 65 garçons et 60 filles scolarisés.(Elle fut terminée le 14 jui 1891.)

En 1949, une cantine et un préau sont aménagés dans des bâtiments construits en 1940 pour le service des réfugiés.

En 1971 s'est créée une classe maternelle et Denise Rigole a été la première aide-maternelle.

La mairie quitta les locaux scolaires en 1987 pour s'installer dans une maison achetée à M. et Mme MINGUENAUD (où elle est actuellement).

Enfin, les derniers grands travaux eurent lieu en 1998 : construction d'une nouvelle cantine, de locaux de service et aménagement d'une salle d'eau pour les petits.

Odile MADRIAS
Le Journal de Gauriac (n° 58 - Octobre 2003)

Denise RIGOLE

 

Elle a fréquenté l'école de Gauriac de 1930 à 1941. Les classes ont toujours été mixtes, mais les cours étaient séparées : les filles à l'ouest, les garçons à l'est. On jouait à la marelle, à la tape montée, aux billes et bien d'autres jeux dont le jeu de cibot (jeu de toupie. Tiens tiens ! on y revient.)

Dans chaque classe il y avait un poêle à charbon mais Denise a toujours connu l'électricité à l'école (l'électricité est arrivée à Gauriac en 1930 dans le bourg, mais beaucoup plus tard dans les "écarts").

Les enfants venaient bien sûr à pied à l'école, certains de loin ; la famille Pouget montait la falaise en passant par Poyanne. Ils emmenaient le dessert dans un panier et Madame Belair se souvient du jour où Pierre avait mangé toutes les oranges en route. Il y avait une cantinière qui faisait les repas. C'était Madame Hubert que tout le monde appelait "Mabert".

| Haut de page | Accueil | Mairie | Découverte | Vie locale |