| Accueil | Nouveautés | Agenda | Contact |

< Mémoire du village

Les serpents de feu de l'Amicitia


 

 

Le 28 février 1903, l'Amicitia jette l'ancre devant Marmisson, à 400 mètres du rivage, son tirant d'eau ne lui permettant pas d'accoster. Ce trois mâts barque en acier, construit en 1885, jauge 1 113 tonneaux et bat pavillon hollandais. En provenance de New-York il transporte 7 262 fûts de bois contenant de l'essence de pétrole destinée aux usines Fenaille et Despaux, Deutsch et Cie, Desmarrais frères.

Dès le lendemain les fûts commencent à être transbordés sur des gabarres pour en assurer le déchargement.

Le jeudi 19 mars, jour de l'accident, il ne reste plus à bord que 400 fûts destinés à l'usine de Caverne. Dans la matinée, le capitaine Pronker quitte le bord en laissant le commandement à son second. Il doit se rendre à Bordeaux, où il a des affaires à régler, par le vapeur de la Compagnie Bordeaux-Océan. Outre l'équipage, composé de dix huit hommes, il y reste à bord un douanier nommé Cailleux, un surveillant nommé Bertaud, placé pour veiller à ce que tous les règlements soient observés, et M. Léglise, gérant de l'une des usines Fenaille et Despaux.
Dans l'après-midi, deux gabarres sont amarrées le long du bord de l'Amicitia. L'une vient de terminer son chargement, l'autre le commence quand, à quinze heures cinquante cinq, explose, sans qu'on en connaisse la raison, le premier fût d'essence dans la cale centrale du navire où se trouvent quatre marins. Les deux gabarres ont à peine le temps de pousser au large en se laissant aller par le courant.
Le feu se propage rapidement à l'ensemble du navire. " les flancs s'entrouvrent, l'eau se précipite dans la fournaise, provoquant d'énormes jets de vapeur (...). À ce moment, le spectacle se transforme. L'essence enflammée se répand sur l'eau et produit l'effet d'une rampe de gaz, un soir d'illumination. Elle grandit à vue d'oeil et prend des proportions immenses ; quelques serpents de feu s'élancent de la coque (...). Au loin, quelques fûts, semblables à des brûlots, s'en vont à la dérive, poussés par lés flots ".
On craint un moment que les flammes n'atteignent les installations pétrolières sur les bords de la Gironde. Fort heureusement il n'en est rien. À vingt et un heures le feu atteint toute son intensité. Les flammes qui s'élevent à une grande hauteur s'aperçoivent de toutes les communes alentour.
Dès que la nouvelle parvient au bureau du port, un remorqueur des Ponts et Chaussées part sur les lieux du sinistre en emmenant des ingénieurs de cette administration.
Quant aux matelots et aux employés qui se trouvaient à bord, tous peuvent se sauver sans blessure, sauf trois qui sont légèrement brûlés sur diverses parties du corps. On les conduit dans une maison voisine où un médecin est appelé de toute urgence.

Le lendemain, les débris de la mâture de l'Amicitia gisent lamentablement le long de la côte, le bateau est perdu, le dégâts s'élèvent à 350 000 Francs. Il ne reste plus aujourd'hui de traces visibles du bateau. Déjà, en 1903, seul le beaupré (mât placé à l'avant) émergeait encore après la catastrophe.

D'après des articles parus dans
L'Avenir Blayais du 21 mars 1903
et dans l'Espérance du 22 mars 1903
le Courrier français de Gironde le 10 juillet 1992 (Frédéric CRESPO)

| Haut de page | Accueil | Mairie | Découverte | Vie locale |